You are here

Empowering the democratic resistance in Syria

Reports
TitleDownload
Download Publication
Download Publication

French Version

A peaceful uprising in Syria started in spring 2011 turned into an armed resistance after a few months in the face of savage repression by the Assad regime. Since then, the activists who picked up arms became dependent on support in money and arms to be able to continue. Few other than the Assad regime question this narrative. Yet the consequences of this dependence are often overlooked. The sources of funding for the rebels and the strings attached to them have since shaped the landscape of the armed rebellion, not the other way round. What we have in Syria is not an Islamist revolution but a popular uprising that received funding primarily from Islamist sources. Acknowledging this is essential and has far-reaching implications for defining an effective policy in the Syrian conflict.

As the prospects of military strikes on Syria seem to fade certain questions need to be posed more urgently than ever: how to work with the armed opposition? who are the reliable forces? what are their capabilities? which groups can be part of the plan to replace Assad and how can the extremists be contained?

This paper examines the circumstances and conditions that shaped the Syrian armed opposition and surveys the groups that remain committed to a democratic political system and a pluralistic society in Syria. It describes the extreme fluidity within the armed resistance which reflects primarily the diverse but most often unstable, and therefore, unreliable sources of funding for the rebels. It suggests ways to empower the pro-democracy groups as the best means to reach the dual objective of ending the dictatorship of Assad and achieving a democratic outcome in Syria and argues that the former objective has no chance of succeeding if the latter is not pursued simultaneously.self-reinforcing and largely self-defeating spiral has been at play over the last two years.

Reluctance to provide the right kind of support at the right time has not resulted in lower levels of money and arm reaching the rebels but rather has allowed the wrong sources to become the main providers. With every increase in the support provided in exchange of loyalty to some Islamist agenda, fears have heightened among a growing number of Syrians regarding the outcome of the conflict and Iran has deepened its involvement on the side of the Assad regime to counter what it sees as a Saudi grand design of installing Sunni domination of the Wahhabi brand over the entire region. Unity of ranks in face of the regime remained for a long time the overriding rule for the armed resistance. But as extremist groups sought to dominate in certain areas, efforts by mainstream Syrian groups to re-gain control of the resistance and re-instate its original objectives are leading to a de facto triangular struggle involving the regime, radical Jihadi groups and the democratic opposition.

These dynamics on the ground have major implications for policy:

It is high time that Western governments make clear to their regional allies that support for certain groups with a non-democratic agenda is frightening too many Syrians and delaying the fall of Assad. If money and arms are defining the direction of the conflict, the fluidity of the armed groups should be used as an opportunity to shape the situation on the ground.  Western and regional powers should select and empower leaders of democratic groups to redress this balance in their favor within the FSA itself. If properly equipped, pro-democracy groups have the potential to spearhead a movement to alter the balance of power in the battlefield to their advantage and reassure a large portion of Syrians sitting on the fence. Basic relief for the fighters is just as important as the procurement of weapons. An effective strategy to allow pro-democracy groups to regain the initiative should combine civil and military support, bringing stable and reliable support as the only way for leaders of pro-democracy groups to retain the loyalty of their fighters and ensure effective command. Only at this condition is it possible to identify the groups that can be trusted and supplied with sophisticated weapons.

The Supreme Military Command cannot be expected to alter on its own the balance of forces on the ground in favor of democratic groups. Donors have continued to select their own favorite groups even after the creation of the SMC. The SMC is a reliable channel but donors should designate the beneficiaries of the support in coordination with it. The Supreme Military Council should be assisted in its effort to chart an operational security plan for the protection of all vital sites and areas across the country.  Its chairman would be in a position then to seek the commitment of regional and local commanders to implement the plan thus allowing the SMC to vet groups in the process.

Small multi-sectarian groups are fighting the regime in areas where it still enjoys support usually at high risk for their security. Providing limited military support to such groups would go a long way in weakening the Assad family; it would pose a serious challenge to the regime which will hesitate to respond with massive bombings in the same way as it does in areas where the resistance is dominant; it would pre-empt the emergence of a demarcation line as a prelude to partition; lastly, it would mend relations between the various communities of the country after the regime worked to stir them up against each other.

-------------------------

RÉSUMÉ

La révolte pacifique syrienne commencée au printemps 2011 s’est heurtée à la répression brutale du régime d’Assad. Après plus de six mois de manifestations non-violentes, les révolutionnaires syriens se sont tournés vers la résistance armée. Depuis lors, les Syriens qui se battent sont devenus dépendants des soutiens militaires et financiers, indispensables à la poursuite de la lutte armée. Il n’y a guère que le régime d’Assad pour remettre en question cette version des faits. Les conséquences de cette dépendance sont pourtant souvent passées sous silence. Ainsi, ce sont les sources de financement des rebelles et les conditions qui y sont attachées qui ont modelé le paysage de la rébellion armée, et non l’inverse. Il n’y a pas en Syrie une révolution islamiste, mais un soulèvement populaire financé principalement par des sources islamistes. Reconnaître ce fait est essentiel et a des implications profondes pour l’élaboration d’une stratégie efficace dans le conflit syrien.

S’il apparaît que la perspective de frappes occidentales sur la Syrie s’éloigne, certaines questions s’imposent avec urgence : quelle stratégie alternative faut-il envisager? Comment travailler avec l’opposition armée ? Sur quelles forces compter ? Quelles sont leurs capacités ? Sur quels groupes faut-il s’appuyer pour mettre en oeuvre une stratégie conduisant à remplacer le régime Assad tout en endiguant les extrémistes ?

Le présent rapport étudie les circonstances et conditions qui ont façonné l’opposition armée syrienne et passe en revue les groupes engagés en faveur d’un système politique démocratique et d’une société pluraliste en Syrie. Il est basé sur des récoltes d’informations et des échanges directs des auteurs avec les groupes étudiés sur une période de deux ans.

Il décrit l’extrême fluidité à l’oeuvre au sein de la résistance armée, reflet avant tout de la diversité mais surtout de l’inconstance, et donc du caractère peu fiable des sources de financement des rebelles. Cette étude propose des pistes pour une stratégie de renforcement des groupes démocratiques et suggère qu’une politique résolue dans ce sens serait le meilleur moyen d’atteindre le double objectif de mettre fin à la dictature d’Assad et d’obtenir un dénouement démocratique en Syrie. Il apparaît en effet que le premier objectif n’a aucune chance d’aboutir si le second n’est pas poursuivi simultanément.

Depuis deux ans, la révolution est prise dans un engrenage dans lequel les dynamiques négatives se nourrissent et se renforcent jour après jour. La réticence des pays démocratiques à apporter le soutien nécessaire au bon moment n’a pas eu pour résultat de limiter les approvisionnements en armes et en argent, mais au contraire a permis à des sources non-démocratiques, principalement islamistes, de diverses obédiences de devenir les principaux sponsors de la rébellion. Au fur et à mesure que se généralisait le soutien apporté à une partie des insurgés en échange de leur allégeance aux islamistes, la crainte augmentait parmi un nombre croissant de Syriens quant à l’issue du conflit. En parallèle, l’Iran renforce son soutien au régime d’Assad afin de contrer ce qu’elle perçoit comme une tentative saoudienne d’imposer une domination sunnite et wahhabite sur toute la région.

L’unité des rangs face au régime est restée pendant longtemps la règle absolue des résistants armés. Mais à mesure que les groupes extrémistes cherchent à asseoir leur domination dans certaines régions, les opérations des groupes syriens visant à reprendre le contrôle de la résistance et à renouer avec ses objectifs initiaux conduisent de facto à une lutte triangulaire impliquant le régime, les groupes djihadistes radicaux et l’opposition démocratique.

Ces dynamiques sur le terrain ont des implications stratégiques majeures :

Si l’argent et les armes orientent le conflit, la fluidité des allégeances des groupes armés devrait constituer l’occasion de refaçonner la situation sur le terrain. Les puissances occidentales et régionales devraient sélectionner les groupes démocratiques et les renforcer pour rétablir la balance en leur faveur au sein de l’Armée Syrienne Libre (ASL) elle-même. S’ils étaient correctement équipés, les groupes pro-démocratie pourraient devenir le fer de lance d’un renversement du rapport de forces sur le terrain à leur avantage et de rassurer du même coup un grand nombre de Syriens indécis.

Il est aussi grand temps que les gouvernements occidentaux signifient sans détour à leurs alliés de la région que leur soutien à des groupes ayant des objectifs non démocratiques effraie de nombreux Syriens et retarde la chute d’Assad.

Apporter une assistance de base aux combattants est tout aussi important que de leur fournir des armes. Une stratégie efficace pour permettre aux groupes pro-démocratie de reprendre le dessus devrait combiner soutien civil et militaire, de manière fiable et régulière: ce serait là la seule manière pour les dirigeants de ces groupes de conserver la fidélité de leurs combattants et d’assurer un commandement efficace. Ce n’est qu’une fois cette condition remplie qu’il sera possible de recenser les groupes dignes de confiance et de leur fournir des armes sophistiquées.

À lui seul, le Conseil Militaire Supérieur (CMS) n’est pas en mesure de faire basculer le rapport de forces sur le terrain en faveur des groupes démocratiques. Même après la création du CMS, les donateurs ont continué de sélectionner les bénéficiaires de leur soutien en armes et en financements, présélectionnant certains groupes au sein de la rébellion auxquels le CMS était tenu de faire parvenir ces aides. Le CMS reste un canal fiable pour acheminer les soutiens mais il restera nécessaire pour tout donateur de s’impliquer dans le choix des bénéficiaires.

Le Conseil Militaire Supérieur entend élaborer un plan de sécurité opérationnel pour la protection de tous les sites et lieux clefs dans l’ensemble du pays et mérite d’être soutenu dans cette entreprise. Son chef se trouverait alors en position de rechercher la qualité de l’engagement des commandants locaux et de leurs représentants provinciaux pour la mise en oeuvre du plan, ce qui permettrait au CMS d’effectuer un tri des groupes selon qu’ils acceptent de s’engager ou non dans le processus.

Enfin, des percées sont possibles dans les zones où le régime jouit encore des faveurs de la population. De petits groupes multiconfessionnels combattent actuellement le régime dans ces régions prenant des risques considérables. Apporter un soutien militaire même limité à ces groupes contribuerait grandement à l’affaiblissement de la famille Assad. Cela constituerait en effet une menace sérieuse pour le régime, qui hésiterait à riposter par des bombardements massifs – comme il le fait dans des régions où la population soutient la résistance. En outre, cela court-circuiterait l’apparition d’une ligne de démarcation, prélude à une partition du pays. En dernier lieu, cela permettrait de rétablir des relations entre les diverses communautés du pays souvent coupées après que le régime soit parvenu à semer la discorde entre elles.